Cogolin Forum

Le SCOT _ partie 4

Je continue ma lecture commentée du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) des cantons de Grimaud et de Saint-Tropez.

Voici le chapitre 4.

Une économie dynamique mais fragile

- Dans le SCOT :

Le territoire du SCoT est un pôle économique majeur dans le Var et au-delà, notamment grâce à une économie touristique et résidentielle prédominante.

Le tissu économique local est structuré autour de très petites entreprises (89% des entreprises ont moins de 5 salariés) ; on note une absence de locomotives, d’activités liées à l'industrie et de sièges sociaux.

Le tourisme est l’activité fondamentale, le principal moteur de développement du golfe avec le constat de l’allongement de la période dite estivale.

Les activités agricoles, dominées par la viticulture, sont en mutation qualitative.

Les implantations nouvelles, restructurations et extensions sont rendues difficiles par un manque d’offres de surfaces et de locaux d’activités : il s’agit d’un réel handicap auquel le territoire doit apporter des solutions s’il souhaite assurer sa diversification et sa pérennité économiques.

Le taux de chômage a augmenté fortement entre 1990 et 1999 de 12 à 16%.
Cependant, le nombre de demandeurs d’emploi en 2003 (source ANPE) varie entre 1 177 en juillet et 2 397 en novembre, soit entre 5,5% et 11,2% de l’ensemble des actifs du territoire du SCoT, inférieur à la moyenne départementale.


Le bassin d’emploi offre quasiment autant d’emplois qu’il accueille d’actifs :
18 251 emplois et 21 452 actifs en 1999.


Les migrations domicile-travail montrent que les échanges sont limités avec l’extérieur du territoire du SCoT :
seuls 10% des actifs travaillent à l’extérieur et 5% des emplois sont occupés par des non résidents.


Cependant, les activités sont inégalement réparties sur le territoire ; il existe des décalages importants entre les pôles d’emplois et les pôles d’habitation entraînant de multiples déplacements.

JANUS :
Diagnostic d’experts que chacun et chacune jugera selon son vécu.
L’important pour moi étant qu’est-ce que la gouvernance fait de ce document conseil ?
Elle pense que ce n’est pas son rôle de s’occuper des affaires privées ou elle se demande comment améliorer les chiffres positifs et réduire les points négatifs ?...

- Dans le SCOT :

L’aire du SCoT est un pôle économique majeur.

On dénombre en janvier 2003 sur l'ensemble des douze communes 6 590


Établissements soit 13,6 établissements pour 100 habitants recensés alors que le Var n'en compte que 6,4 et la région PACA 6,3.

Le recensement de 1999 permet de comptabiliser 18 251 emplois soit 37,7 emplois pour 100 habitants recensés sur le territoire du SCoT contre 31,6 dans le département et 29,7 dans la région.

Le dynamisme de l'économie masque le phénomène pénalisant de la saisonnalité.
On dénombre, en 2003, 324 immatriculations et 250 radiations, auprès du greffe de Saint-Tropez.


La saisonnalité de l'économie s'observe également par la fluctuation du nombre de demandeurs d'emploi.

Un bassin d’emploi qui offre quasiment autant d’emplois qu’il accueille d’actifs
(18 251 / 21 452) ; -


Des situations contrastées :
• 4 communes offrent plus d’emplois qu'elles comptent d’actifs :
Saint-Tropez, Gassin, Grimaud et Le Rayol-Canadel ;

• 2 communes offrent autant d'emplois qu'elles comptent d'actifs :


Sainte Maxime et La Croix-Valmer ;

• 4 communes sont nettement déficitaires en nombre d’emplois par rapport à leurs actifs :
La Mole, Cogolin, La Garde Freinet et Le Plan de la Tour ;

Répartition du nombre d'établissements par secteur économique :

-le commerce (29,5 %) ;
-les services aux particuliers (20,2 %) ;
-la construction (14,5 %) ;
-les services aux entreprises (12,%) ;
-les activités immobilières (7,8%).

L’importance et la nature des établissements sont à l’image de la structure de l’économie varoise dont l’un des principaux moteurs du développement réside dans son attractivité démographique et touristique.


Les activités industrielles sont très faibles et il y a une quasi-absence de sièges de groupes.
La spécialisation économique du territoire s'observe également par la répartition des emplois et en particulier de celle des salariés.


Effectif salarié par secteur d'activité en 2003 :

Industrie 1 029
Commerce 4 257
Construction 2 176
Services 5 358
Hôtels Restaurants 2 758
Autres Activités 51
Total 15 629 Fin du tableau Source : Base Séquoia – Urssaf du Var


Evolution du nombre d'établissements sur l'aire du SCoT entre 1999 et 2003, par secteur.


Je vous passe les chiffres mais sachez que :
- en augmentation : services aux entreprises, commerces, construction, industries des biens d’équipements, entreprises des biens intermédiaires, services aux particuliers, consommation particuliers

- en baisse : automobile, industries agricoles et alimentaires, activités immobilières, éducation, santé, action sociale, transports

JANUS :
Les chiffres sont à prendre avec des pincettes car ils sont décalés dans le temps.
Les points importants à retenir dans cette flopée de chiffres sont que :
- le tourisme et les services sont les locomotives de l’économie du secteur du SCOT.
- les secteurs primordiaux de l’éducation, de la santé, action sociale, transports, sont en baisse en terme d’emplois : C’est grave !
- Nous faisons soi-disant partie des privilégiés par rapport au VAR et à la région PACA, mais est-ce pour autant que l’on vit mieux ?
Qui dit emploi, dit pouvoir d’achat, dit retombées économiques, etc. Or, avons-nous pour autant salle de concert, musées, spectacles de qualité, etc, etc, etc ?... Cherchez l’erreur !

Je soulève ses questions car ce n’est pas tout d’avoir un diagnostic de la situation économique du Golfe, la vraie question est qu’en fait le maire de Cogolin à son échelle et qu’en font tous les maires du Golfe ?
En effet, des maires responsables tirent des enseignements de ces chiffres et orientent la politique de leur gouvernance dans telle ou telle direction selon leur choix propre. Donc, a-t-on à faire à des maires responsables ?... CQFD !

- Dans le SCOT :

Les déplacements domicile – travail.

44% des emplois nécessitent un déplacement entre les communes du territoire
soit environ 16 000 déplacements par jours.

JANUS :
A ces déplacements pour raison professionnelle, il faut ajouter tous les déplacements personnels. Je vous laisse imaginer le trafic !
Je vous renvoie à tous les messages du FORUM dans lesquels j’interpelle les gouvernants à plancher sur les alternatives à l’automobile. Ce n’est pas facile, cela demande des moyens et du temps, mais les gouvernants locaux et régionaux se doivent d’y penser de façon de plus en plus prégnante. En effet, l’impact de la voiture (employés/livraisons/clients) est très important dans le monde du travail mais par voie de conséquence, cet impact pénalise lui-même le monde du travail (difficulté de circuler/embouteillages/retard/refus de se déplacer puisque…).
La solution n’est pas simple, je le conçois. Cependant, il existe des actions et réalisations à lancer et j’espère que l’intercommunalité qui va bientôt naître va prestement et fortement s’y employer.

- Dans le SCOT :

Les activités touristiques

L’activité touristique du golfe de Saint-Tropez reste très saisonnière et soumise à des aléas (climatiques, …) qui la fragilisent.

Les attraits touristiques. -


les sites naturels, qui constituent un pôle d’attractivité majeur, sont très diversifiés avec : •
- les paysages forestiers des Maures présents au nord sur les communes de La Garde-Freinet (châtaigneraie), La Mole et une partie de Plan de la Tour et Sainte-Maxime ; •
- les 3 caps (Lardier, Camarat et Taillat), éperons rocheux sauvages acquis par le Conservatoire du Littoral, qui sont l’objet d’une forte fréquentation, notamment sur le sentier littoral ; •
- le domaine du Rayol, propriété du Conservatoire du Littoral :
jardin étendu sur 20 hectares qui s’étage en amphithéâtre, surplombe la mer et accueille une mosaïque de peuplements végétaux méditerranéens et exotiques ;
- les fonds marins présentent une richesse propice aux activités de plongée sous-marine : paysages sous-marins, faune et flore, nombreuses épaves présentes.
Les plongeurs utilisent les équipements portuaires et souhaiteraient un aménagement des sites de plongée les plus fréquentés


(Bouées de mouillage, poste de secours, réglementation des activités, voire mise en place de sentiers sous-marins).

- les nombreux musées constituent une offre culturelle importante sur les deux cantons :
• le musée de l’Annonciade à Saint-Tropez, de renommée internationale, expose dans une chapelle du XVIème siècle les chef-d’oeuvres des peintres de renom du XIXème et XXème siècles ;
• le musée Raimu, à Cogolin, qui retrace la vie de l’acteur ;
• le musée Sellier à Cogolin, qui propose deux expositions :
un musée médiéval et templier
et deux siècles de coqs ;
• le musée naval de la Citadelle de Saint-Tropez, annexe de celui du Palais de Chaillot ;
• l’original musée des papillons à Saint-Tropez ;
• le musée des traditions locales de la Tour Carrée à Sainte-Maxime ;
• le musée du phonographe et de la musique mécanique situé Parc Saint-Donat à Sainte-Maxime ;
• le musée des arts et traditions populaires de Grimaud ;
• le conservatoire du patrimoine et des traditions du Freinet à la Garde-Freinet.
- les fêtes et manifestations à caractère patrimonial comme les bravades ou les corsos fleuris sont également une composante de l’attrait touristique.

- Plusieurs salons ayant pour thème « l’art de vivre » au sens large
(gastronomie, décoration, …) sont organisés tout au long de l’année ;

- les manifestations de prestige comme les Voiles de Saint-Tropez (la Nioulargue),
les Festivals de Jazz et de Théâtre de Ramatuelle, les Masters de Polo de Gassin, le trophée de golf, les concerts du Carré d’Arts, le tournoi de Beach Soccer (football de plage) à Sainte-Maxime, … ;

- les marinas associent résidences secondaires et anneaux d’amarrage ; elles répondent à une demande touristique d’hébergement de standing axée sur les multiples loisirs maritimes
(la plus vaste et la plus célèbre est Port-Grimaud, construite en 1966 par l’architecte François Spoerry) ;

- les marchés provençaux représentent les vitrines de la qualité de vie méditerranéenne ;
ils sont très prisés et font l’objet d’un effet de mode durable, sans doute lié à la fois à la littérature récente et à l’engouement généralisé pour le style provençal ;

- les vignobles des Côtes de Provence participent d’un tourisme viticole et gastronomique.

JANUS :
Cette litanie vous démontre une certaine diversité de choses à voir, visiter, goûter, explorer, etc.
Bien que tout ne soit pas à Cogolin, je le cite car il nous faut vivre avec notre temps, c’est-à-dire l’intercommunalité. Rappelez-vous mon slogan : « un pour tous et tous pour un ! »
En effet, nous devons dynamiser Cogolin en tant que Cogolin mais aussi en l’intégrant dans l’intercommunalité.
J’ai un bon nombre d’idées et de projets basée sur tout ce qui vient d’être énoncé.
J’aimerais que l’équipe gouvernante lise un peu plus le SCOT dont elle a participé à son élaboration car il contient tous les ingrédients (comme la graine) du développement socio-économique de Cogolin.
Lorsque j’analyse ce document et que j’observe ce qui est fait ou plutôt, ce qui n’est pas fait, je me pose de plus en plus de questions sur la « compétence » de l’équipe gouvernante !
Non pas compétence à gérer, ça peut aller. Mais, je dis bien mais, à innover, développer, dynamiser, faire rayonner, soutenir, Cogolin dans ses dimensions : population, économie, loisirs, culture, tourisme !
La vie, y compris celle d’une ville, est une question de choix et choisir, c’est renoncer ! Pour cela, il faut en avoir et je pense sincèrement qu’il y a des abonnés absents quelque part…

Vous me prenez pour un beau parleur ou que j’ai la critique mais… Soyez patients et, à l’approche de 2014, vous vous rendrez compte par vous-mêmes de tout le catalogue des choses que l’on pourrait envisager de faire pour justement mettre en œuvre tout ce que je viens de dire pour Cogolin.

- Dans le SCOT :

Les activités nautiques

Le territoire du SCoT est le 1er port de plaisance d’Europe en nombre


D’anneaux (6 800 au total) ;
Marine de Cogolin est le deuxième en nombre d’anneaux, 1 830, derrière Port-Grimaud, 2 300.

JANUS :
Je passe le bon côté, les retombées économique de tous les métiers autour du bateau ; de même que les points négatifs comme l’action des ancres sur le fond marin, les déchets des plaisanciers, la pollution en hydrocarbures liée à la sur fréquentation de bateaux en général, et de bateaux à moteur en particulier…
Je veux m’arrêter une fois de plus sur ce constat navrant. Les trois ports de plus de 1 000 anneaux sont dans l’ordre : Port-Grimaud, les Marines de Cogolin, Cavalaire. Les autres sont bien plus petits en nombre d’anneaux.
Expliquez-moi alors pourquoi il y a si peu de monde aux Marines alors qu’on est un des plus grands ports que ce soit en superficie ou en nombre d’anneaux. Allez vous balader en plein été sur les quais de Sainte-Maxime, de Port-Grimaud, de Saint-Tropez, de Cavalaire, et vous verrez vous-même la différence. Ce paradoxe à une cause de copropriété peut-être, mais elle a surtout une cause de manque de volonté et/ou d’idées pour faire de notre bord de mer un fleuron portuaire touristique au même titre que les autres ports.
Cher lecteur ou lectrice, si vous êtes du Golfe et surtout de Cogolin, vous verrez par vous-même si dans le choix de l’équipe gouvernante, cette considération aura été prise pour le projet du Yotel.
En effet, ce projet était l’occasion rêvée de dynamiser économiquement ce quartier à travers les quatre entités : Port-Cogolin, Cogolin-Plage, le Yotel et les Marines de Cogolin.
Mais je pense que la gouvernance a trop le nez dans le guidon immobilier pour voir autre chose de plus judicieux au long terme et pour la population autochtone. Je souhaite me tromper mais j’en doute !

- Dans le SCOT :

Les capacités d’hébergement touristique

les hébergements touristiques tels que les gîtes ruraux, les chambres d’hôtes ou le camping à la ferme, liés au tourisme vert sont en plein développement : • ils participent à l’étalement de la saison touristique dans l’année ; • 30% de ces capacités d'accueil sont réparties dans les communes de Plan de la Tour, La Garde-Freinet, La Mole et Cogolin situées dans l'arrière pays ;
la capacité des gîtes et des chambres d’hôtes reste très faible comparativement à la fréquentation touristique du territoire et à la demande. -


Les hébergements en campings sont très développés ; ils connaissent un grand succès en haute saison et commencent à connaître une réelle activité en basse saison. 75% du nombre total d'emplacements sont regroupés sur les trois communes de Ramatuelle, Grimaud et Cavalaire.

- le tourisme de plein air a connu une forte évolution qualitative :
les tentes et caravanes ont tout d’abord laissé place au développement des mobil homes, lesquels sont désormais supplantés par des habitations légères de loisirs ou des parcs résidentiels de tourisme (petits pavillons ou chalets construits au sein de complexes de camping). Toutefois, il est à noter un problème apparu au cours des dernières années : l’occupation permanente de certaines de ces structures. Mobil homes


On note que certains hébergements touristiques ne sont pas déclarés et donc pas pris en compte dans les données précédentes.

Une étude récente (2005) menée par le syndicat mixte du tourisme Golfe de Saint-Tropez – Pays des Maures évalue comme suffisant le nombre d’hébergement hôteliers, d’hôtellerie de plein air et de résidences hôtelières.

Les gîtes et chambres d’hôtes sont, en revanche, considérés comme en nombre insuffisant pour contribuer au développement d'un tourisme "vert".

JANUS :
Je me demande pourquoi le maire qui a participé à ce document ne s’en inspire pas pour orienter sa politique dans le sens du dit document. Tous les grands axes sont clairement détaillés, comme vous le constater vous-mêmes.
Serait-ce parce qu’il craint la concurrence ?... (Un peu d’humour, pour sourire dans ce monde en mutation).
Pour être un peu plus sérieux, j’en ai parlé dans un autre message, la région souhaite instaurer un tourisme durable dans la région alors qu’attend le maire pour s’y appliquer alors qu’il participe à un document qui dit qu’on est en retard à ce niveau… Cherchez l’erreur !

- Dans le SCOT :

Les espaces agricoles sont relativement bien préservés, ce qui garantit une pérennité de la vocation agricole des sols. Cependant, on peut remarquer des occupations du sol mixtes sur les franges des espaces urbanisés avec une diffusion de l’habitat au sein des espaces agricoles, ce qui constitue une menace potentielle.

L’économie agricole et en particulier viticole est performante sur le territoire.
Son rôle est important en termes :


- économique par le biais des fonctions de production, de la population active employée, …
- environnemental au travers de la contribution à l'entretien des espaces ;
- culturel et identitaire ;
- paysager. La SAU (Surface Agricole Utile) est plutôt en stagnation sur l’aire du SCoT depuis 30 ans.

En dépit de son dynamisme et de ses résultats, l'agriculture se voit fortement menacée sous divers points de vue :

- Sur un plan sociologique, le mode de vie agricole continue à se voir concurrencé par l'influence de la vie citadine et des métiers administratifs ;
-Sur un plan économique, l'agriculture seule ne peut suffire à faire vivre les actifs du secteur. Or les agriculteurs éprouvent certaines difficultés pour développer une pluri activité, notamment d’hébergement touristique (gîtes ruraux, …), qui leur apporterait des revenus complémentaires. En effet, malgré une importante demande pour ce type d’hébergement et leur intérêt de ne pas se concentrer uniquement sur la période estivale et sur le littoral, des contraintes réglementaires interdisent la réhabilitation des ruines ce qui empêche, en outre, la mise en valeur de ce patrimoine existant.


De plus, des contraintes fiscales et sociales contraignent les agriculteurs dans leurs projets. Enfin, les problèmes de succession ne facilitent pas le développement de la pluriactivité agricole.

JANUS :
Le réchauffement de la planète, le développement durable, l’agenda 21, sont peut-être, entre autres, les nouveaux ballons d’oxygène de toute cette filière agricole (culture, élevage, forêt, vignobles).
Si l’état, la région, sont en phase avec leurs directives, c’est une filière qui est à nouveau appelée à se développer à l’avenir.
Je pense qu’il y a à faire pour développer ce type de tourisme. Dans ce domaine, j’ai aussi des idées et projets que je mettrai en œuvre si…Là encore, ce n’est pas si pesant que ça fiscalement parlant. Même le mur de la plus imposant forteresse n’est fait que d’une multitude de blocs indépendant mais interdépendants par leur assemblage cohérent, CQFD ! Mais ça, la gouvernance que vous avez voulu réélire, histoire de perdre six années de plus, ne le comprend pas !

- Dans le SCOT :

On observera que dans tous les secteurs, la part du commerce de détail du territoire du SCoT par rapport à celle du Var s'est sensiblement accrue depuis 1995 marquant le dynamisme d'une activité fortement liée au tourisme estival.

Cependant cette évolution quantitative globale ne doit pas masquer des situations locales où la disparition progressive du commerce de détail alimentaire en coeur de village fait craindre une dévitalisation en période hivernale.

JANUS :
Je ne vais pas critiquer ce point car il a été fait petit à petit des choses en ce sens mais surtout, je pense que la loi S.R.U. pousse à aller dans ce sens de la réappropriation du centre ville par les commerces et de fait, les travaux d’aménagement de l’avenue Clémenceau ne sont qu’une étape d’une piétonisation partielle ou totale du centre ville.
Si je ne me trompe pas dans mon analyse, il est regrettable que le maire nous prenne pour des c…
citoyens, vous l’aviez compris, de peu d’importance pour ne pas nous informer de sa vision future de Cogolin.

- Dans le SCOT :

emplois du territoire

Même si en nombre absolu les entreprises publiques ne représentent qu’une petite partie du nombre d'établissements (48 sur les 8 822 entreprises que comptait le territoire en juin 2003), elles sont les plus gros employeurs du golfe de Saint-Tropez.


En effet, parmi les 9 plus gros employeurs du territoire, 6 sont des organismes publics :

-l'usine de torpilles, devenue récemment Société Nationale ; -les mairies de Saint-Tropez, Sainte-Maxime, Cogolin et Cavalaire ; -le pôle hospitalier du golfe de Saint-Tropez. Enfin, les Administrations d’Etat et décentralisées offrent un nombre d’emplois non négligeable : postes - gendarmeries - centre des Impôts - trésoreries tribunal

De commerce - tribunal d'instance - douanes - affaires maritimes - DDE - centres médico-sociaux - …

Les zones d’activités. Sur l’aire du SCoT, seulement quelques hectares d’espaces d’activités sont disponibles dont 27 sont privés.


Ainsi, les implantations nouvelles, les restructurations et les extensions sont rendues difficiles. Ce manque d’offre représente un réel handicap auquel le territoire doit apporter réponse.
Dans ce contexte, le pôle économique majeur, essentiellement touristique mais trop saisonnier, que constituent les 2 cantons, doit rechercher sa diversification afin d’accueillir des activités de PME et PMI.


JANUS :
Quelle conclusion ! Même les experts, après avoir mis tout du long en avant le tourisme, incitent les communes à penser à l’implantation d’un tissu économique annuel avec PMI et PME. Craindraient-ils une baisse du tourisme liée à la concurrence des autres pays moins chers et/ou une baisse de fréquentation ou une baisse du pouvoir dépensier des touristes dans l’avenir ?... A méditer !
Entre parenthèses, cette conclusion rejoint ce que j’ai déjà dit dans un de mes messages. On se doit de penser autrement le tourisme et on se doit de penser à un autre tourisme.
Il y a de belles pistes qui s’ouvrent à Cogolin et je vous en ferai part dès qu’il vous faudra penser à un éventuel changement de Cap de gouvernance.

Par ailleurs, je ne suis pas un pro socialisme ni un franc libéral. Je suis une personne qui analyse et pense qu’il y a du bien en toute chose, y compris dans la manière de gérer une commune, une région, un pays.
Pour preuve, ce point du SCOT que j’ai tenu à afficher sur COGOLIN FORUM.
Six des neuf plus gros employeurs du Golfe sont publics, auxquels, il faut ajouter toutes les administrations décentralisées. Vous voyez où je veux en venir… La fonction publique a peut-être des inconvénients mais elle a aussi des avantages. Je conçois qu’il doit y avoir une meilleure gestion des fonds publics au niveau de l’état, mais cessons de nous monter les uns contre les autres. Le public et le privé sont complémentaires et chacun a besoin de l’autre. Rappelez-vous mon slogan : un pour tous et tous pour un !
Dans ma logique communale, le publique doit aider le privé et le privé doit participer, s’impliquer, dans le développement d’un mieux-vivre à Cogolin.

Si vous pensez que mes idées sont susceptibles de donner un souffle nouveau et porteur à Cogolin ; si vous adhérez à mes analyses, à mes idées, à mes remarques ou constats, à mes messages ; faites connaître COGOLIN FORUM en envoyant un lien à tous les correspondants de votre carnet d’adresse et faites connaître son existence par le bouche à oreille.

JANUS

 

page précédente page précédente

Informations


23/06/2017





vous cherchez un sujet ou thème
tapez les mots clés ou une phrase
pour votre recherche...


rejoignez-nous sur facebook Rejoignez nous sur facebook
Partager




© Cogolin Forum, tous droits réservés - Reproduction interdite. Un bug sur le site, merci de nous le signaler ici