Cogolin Forum

Sauvons la "mare nostrum"

Mes pérégrinations sur la toile m’ont amené à découvrir l’article ci-après. JANUS tient à vous faire partager cet article qui a le mérite d’éveiller la conscience sur un problème écologique et économique vital et de donner des solutions, quoique chacun puisse penser de celles-ci.

Je mets cet article dans le forum car :
1) à notre niveau, on se doit d’être citoyen du monde et de faire ou ne pas faire tout ce qui peut protéger la Grande Bleue.
2) Au niveau de nos responsables locaux, en collaboration avec les instances départementales et régionales, ils se doivent d’être plus vigilants, plus préventifs et surtout plus répressifs pour les manquements flagrants au respect du littoral et de la Mer Méditerranée. 

Voici l’article qui, je l’espère, éveillera votre conscience « citoyen du monde » dans le cas où elle serait encore en sommeil…

Sauvons la Méditerranée

Plus on navigue sur la Mer Méditerranée plus on comprend la dangereuse précarité de sa santé, due à l’excessive présence et à son exploitation excessive par l’homme.

La Méditerranée, d’environ 2.500.000 km2, baigne trois continents : l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Carrefour important pour l’humanité, elle est considérée comme le berceau de la civilisation occidentale.
Cette mer, de type plutôt fermée, est délimitée par 21 pays et rejoint  l’Océan Atlantique par le  détroit de Gibraltar.  Celui-ci, large de seulement de 14,4 km et d'une profondeur d'environ 300 m, impose un changement des eaux  très limité, ce qui demande environ une centaine d’années.

Outre les nombreux fleuves qui affluent dans la Méditerranée, la Mer Noire, avec ses eaux polluées, s’écoule dans la Méditerranée à travers le Bosphore d’Istanbul. 
Les centaines de navires, que l’on peut voir éternellement mouiller au large d’Istanbul sur le point de passer d’une mer à l’autre,  sont à l’évidence un grand risque de pollution. Ce risque est d’autant plus aggravé par le trafic incessant, jour et nuit,  de bateaux chargés de pétrole et de substances chimiques dangereuses. Beaucoup de ses bateaux sont vieux et obsolètes et posent une sérieuse menace contre la santé déjà précaire de la Méditerranée.

L’équilibre écologique et la vie marine de la Mer Méditerranée sont, en effet, sérieusement menacés par le permanent écoulement des eaux sales qui s’y renversent, causé par un demi milliard de personnes. En outre plus de 100  millions de personnes vivant le long de ses côtes,  et le double pendant l’été, accroît  le poids d’humanité que la Méditerranée doit soutenir.
Après plusieurs années de navigation, j’ai aussi pu constater un bâti des côtes toujours plus intense et parfois sans respect pour les beautés du paysage, ce qui fait penser à la nécessité d’un  contrôle et d’une réglementation pour toutes les nations.  

La mer à été paupérisée par des techniques de pêche industrielles, facteur aggravé par la pêche à la traîne  incontrôlée et illégale.
En pleine Méditerranée j’ai rencontré des filets kilométriques pour la  pêche à l’espadon mais qui ne laissent aucune possibilité de salut aux thons, dauphins, tortues et baleines, au point que rencontrer des gros poissons devient de plus en plus rare. Actuellement, en effet, on pêche beaucoup de variétés en voie d’extinction.
On peut trouver du thon en boîte dans  tous les magasins alimentaires du monde, mais c’est vraiment difficile de trouver de grands thons dans les grands marchés du poisson, puisque celui-là aussi est en voie de disparaître. 
La majorité des poissons sur les marchés, en effet, vient seulement des élevages, une industrie qui produit une autre pollution dans la mer.

Le problème du réchauffement de la planète se répercute aussi sur la Méditerranée.
Des nouvelles espèces d’algues et de poissons tropicaux sont en train de proliférer et prévaloir sur la flore et faune locales en modifiant l’habitat naturel de « notre mer ».
La montée du niveau des eaux aurait des conséquences inimaginables pour les côtes et pour leurs habitants, surtout sur les régions les plus basses, souvent les plus peuplées,  assujetties aux inondations. Il faudrait donc intensifier les efforts mondiaux pour écarter ce danger.

La Mer Méditerranée de l’Antiquité a toujours été sillonnée par les marins, permettant un commerce sur un  vaste rayon et l’échange culturel entre les peuples côtiers.
La récente croissance – on parle de boom du peuple des marins dans ces derniers temps -  peut être considérée source de pollution  si l’on ne prend pas conscience du problème et des mesures à prendre. Malheureusement même le nombre de marins improvisés augmente, dépourvus des connaissances élémentaires pour la préservation de l’environnement marin.
Nous tous devrions être conscients des risques que notre merveilleuse Méditerranée est entrain de courir et nous devrions chercher à faire le maximum pour vaincre ces dangers et la sauver.

Considérons d’abord les temps de décomposition des matériaux suivants, qui trop souvent sont jetés imprudemment dans notre mer :
- filtres de cigarettes  12 ans
- sacs en plastique      20 ans  
- canettes de bière      1 million d’années

Conseils individuels :

Chaque marin peut être utile en devenant plus conscient du problème environnemental en prenant les justes mesures pour  garder la Méditerranée propre et saine :
1- Installer un réservoir pour les eaux usées et préserver les propriétés des ports propres.
    2- Eviter à bord assiettes et verres en plastiques qui pourraient s’envoler et finir sur le fond marin.
3- Prendre beaucoup de précautions en  faisant le plein du moteur hors-bord avec les jerrycans d’essence.
4-  N’utiliser à bord que des savons et détergents biodégradables.
5- S’assurer que seul les déchets organiques soient renversés en mer et que les autres soient scrupuleusement déposés dans les conteneurs adéquats à terre.
6- Eviter les vernis antifoulings (antisalissure), les plus dangereux pour la nature
7- La puissance des bateaux à moteur devrait être utilisée seulement pour le transport et non pas pour le pur plaisir de la vitesse élevée.

Conseils Gouvernements:


Le bassin Méditerranéen est unique : ses nombreux et charmants pays, leurs cultures, leurs histoires,  leurs attractivités naturelles en font un modèle pour le tourisme mondial.
Les Gouvernements et les Institutions devraient le protéger en encourageant le potentiel économique mais non polluant, par exemple :
1- Bannir les complexes industriels polluants et les raffineries de pétrole le long des côtes
2- Protéger les côtes de la déplorable spéculation et concentrer les constructions seulement sur des zones délimitées
3- Assurer le bon fonctionnement des installations de dépuration des eaux et de reflux des villes côtières.
4- Donner la préférence à l’énergie nucléaire et solaire, plutôt que à celle du pétrole
5- Garder loin des  côtes et des résidences touristiques les bateaux citernes de pétrole avec des charges toxiques en contrôlant même les fuites et les lavages des sentines
7- Contrôler l’état d’entretien et de santé des bateaux de chargement nationaux
8- Créer beaucoup de parcs naturels et des réserves d’espèces marines protégées
9- Renforcer les mesures restrictives envers les bateaux à moteur et imposer des limites de vitesse le long des côtes
10- Développer des sites archéologiques
11- Encourager le tourisme côtier
12- Eduquer les masses à la protection environnementale
13- Régulariser le nettoyage  des plages, des côtes et des fonds
14- Contrôler la qualité microbiologique des eaux  où la baignade est autorisée
15- Etablir un ramassage régulier des déchets des bateaux et des ports
16- Renforcer les restrictions de la pêche
17- Organiser un efficace Service de Recherche et de Sauvetage
18- Promouvoir la recherche environnementale marine
19- Régler l’émission industrielle de CO2 pour réduire la surchauffe de la terre
20- Réduire la bureaucratie pour faciliter la création des ports touristiques
21- Coopérer avec d’autres Pays de la Méditerranée à travers des Organismes Internationaux pour tenir des congrès et des symposiums
La coopération globale entre toutes les nations est essentielle. En effet, les efforts d’une nation bien intentionnée seraient rendus vains par la négligence de la nation voisine.
22- La pauvreté des Pays Nord Africains et Moyen  Orientaux est un problème humain qui doit être abordé immédiatement et avec détermination. Il faudrait, dans ces pays-là, davantage de bien-être ce qui éviterait les tensions actuelles, cause des fuites bien connues des désespérés « boat - people » vers l’Europe.
Si les pays sous-développés limitrophes avec la Mer Méditerrané créent une chaîne efficiente de ports de tourisme, disposées au maximum sur 30 milles le long des cotes, le flux du riche tourisme maritime du nord serait attiré vers le sud pour découvrir de nouvelles destinations. Ceci est maintenant beaucoup plus faisable grâce à la moyenne toujours plus grande des embarcations touristiques et avec les nouvelles technologies qui rendent les navigations plus faciles et sûres.
Ce tourisme de haute qualité produirait un bien-être économique majeur, mais avec un impact environnemental limité, à condition d’encourager les gouvernements à garder propres les côtes et à préserver l’environnement des attractions touristique naturelles.

Pour conclure, en améliorant notre conscience des problèmes touchant la Mare Nostrum et en agissant pour réduire l’impact des activités humains sur la nature, nous pourrons sauver la Méditerranée et continuer à jouir des merveilleuses navigations sur ses eaux pendant beaucoup de générations futures.

Lorenzo Camillo                                                                                                   

JANUS 

Faisons en sorte de ne pas avoir de comportement irrespectueux envers ce bijou naturel qu’est la Méditerranée.
Faisons en sorte d’éduquer petits et grands sur le B.A. BA de la propreté, de l’hygiène, du respect de la nature, des cycles de reproduction des espèces, etc.
Faisons en sorte de ramasser, même s’il n’est pas à nous, tel ou tel déchet que l’on pourrait trouver ici ou là.
Faisons en sorte de prendre conscience que ce n’est pas bien, par exemple,  qu’une personne jette un sachet en plastique dans la nature mais que ce n’est pas bien, tout autant, de ne pas le ramasser, pour le déposer dans une poubelle, si on le voit traîner dans la forêt ou sur le sable de la plage  ou flotter sur la mer.
Bien sûr, l’autre est fautif. Mais faut-il laisser le déchet en l’état ? N’oubliez jamais que c’est la nature végétale et animale qui en paie la très lourde addition au fil du temps.

Si vous êtes en accord avec cet article, faite le suivre en faisant connaître COGOLINFORUM à votre entourage et au-delà pour montrer qu’il existe une autre manière de gérer une commune, un territoire  et un littoral (intercommunalité).  

JANUS
   

page précédente page précédente

Informations


17/10/2017





vous cherchez un sujet ou thème
tapez les mots clés ou une phrase
pour votre recherche...


rejoignez-nous sur facebook Rejoignez nous sur facebook
Partager




© Cogolin Forum, tous droits réservés - Reproduction interdite. Un bug sur le site, merci de nous le signaler ici