Cogolin Forum

L'intercommunalité, qu'est-ce qu'on attend?

J’ai plusieurs fois fait référence à l'intercommunalité, dans COGOLIN FORUM. Les 12 maires concernés traînent les pieds à ce sujet car ils sont pour moi quelque peu rétrogrades…

ci-après, un passage que j'ai attrapé dans un blog dédié à la vie politique d'une commune, je dirai pour ne pas la citer, de l'autre côté des collines.

« Depuis 12 ans qu'existe cette communauté de communes du golfe de Saint Tropez, les maires respectifs se font la "guéguerre" pour assurer la prééminence de leurs villages ! Il n'y a pas de raison que ça change ! Surtout si le notre vient y siéger... Certains maires de ces villes et villages ne le considèrent d'ailleurs pas comme bienvenu ! Contre exemple navrant, notre premier édile ironise … »

Quand on lit cela de la part d’habitants d’une autre commune que les 12 des cantons de Grimaud et de Saint-Tropez, je trouve que nous donnons une piètre image de la politique responsable du devenir de tout un territoire et non plus que de celui d'une commune.
Sachez, qu'avant même la loi l'obligeant, certaines communes françaises sont passées en communauté d'agglomération, en communauté de communes, en intercommunalité, depuis plus de trente ans!
Elles ont compris bien avant nous que l'intérêt d'une commune passe par l'intérêt communautaire, en ce sens que la mutualisation des moyens, un plan cohérent de développement économique et culturel, sont les clés du devenir communal de demain…
JANUS souhaite vous amener, si ce n'est déjà fait, à changer votre manière de penser la gestion communale. Ce que l'on a connu est en voie de disparition. Une autre époque s'ouvre. Une époque où nous sommes beaucoup plus nombreux, où il y a nettement plus de véhicules et de problèmes liés aux transports, où la nature est mise en danger par la cupidité humaine, où le coût des travaux devient exorbitant, où les aides extérieures diminuent, etc.
Je n'arrive pas à comprendre, alors que les gérants des 12 communes se targue d’avoir fait le premier syndicat intercommunal du Var, d'avoir fait un Schéma de Cohérence territoriale, qu’ils n’arrivent toujours pas à officialiser le passage à l'intercommunalité, avec transfert de compétences.
Un homme politique doit penser aux générations futures alors qu'un politicien ne pense qu'à la prochaine élection de sa petite personne, cherchez l’erreur !
Nos 12 maires devraient penser aux projets, à la mise en œuvre du SCOT que je trouve bon plutôt que de penser à leur représentativité nombriliste ou intéressée… Le politique est au service du peuple et non pas le peuple au service du politique !
Nos maires en place ne voient que leur nombril au lieu de penser à l'avenir du golfe qui sent le roussi si on ne réagit pas. Je ne veux pas être un oiseau de mauvais augure mais suivez l'actualité, vérifiez vos comptes, épluchez les chiffres, les affaires qui se montent et surtout celles qui se cassent la gueule comme on dit, etc et vous vous rendrez vite compte que les beaux jours économiques ne sont pas pour demain et que la société change, le tourisme change, la population change, le pouvoir d'achat change!!!
La gestion d'une commune doit tenir compte de ces changements intangibles pour orienter ses choix d'investissement pour répondre au mieux à demain et non pas qu'à aujourd'hui!
Je ne cesserai de répéter cette citation qui va devenir un de mes slogans lors de la prochaine échéance :

« Mettons en commun ce que nous avons de meilleur et enrichissons nous de nos différences mutuelles. » (P.Valéry)

Vous avez dans cette merveilleuse citation, tout l'intérêt de l'intercommunalité.
Le jour où nos maires actuels auront compris la nécessité de dépasser leur querelle de clocher et de personne pour penser un peu plus à la population, le Golfe fera un
grand pas vers un mieux vivre DEMAIN!

Voici quelques arguments pour l'intercommunalité que j'ai adaptés à partir d'un discours d'un homme politique du Sud-ouest.

L'intérêt communautaire pour un projet de territoire de la Communauté de Communes des cantons de Grimaud et de Saint-Tropez.

Le recours à la notion d'intercommunalité présente un double avantage politique et technique.

Politique tout d'abord car il ne place pas les élus dans une logique de « tout ou rien » propre à susciter leurs réticences mais au contraire il leur permet de bien définir au sein du groupe de compétences déléguées à une communauté de communes, ce qui leur paraît relever d'une logique communautaire et ce qui doit rester de la compétence communale.

Pour identifier l'intérêt communautaire, quelques typologies sont indispensables :

1) L'intérêt communautaire est tout d'abord une volonté d'intérêt public local par opposition à l'intérêt public national.

2) Il se distingue d'autre part de deux autres types d'intérêt locaux, l'intérêt intercommunal et ce que l’on pourrait appeler l'intérêt pluri communal.

Historiquement, l'intérêt intercommunal est le premier qui a vu le jour à l'occasion de l'institution des premiers syndicats de communes à la fin du 19ème siècle :
il s'agit de compétences qui sont transférées à un échelon administratif supérieur parce que plus adapté techniquement à les mettre en œuvre :
eau, assainissement, électricité, ramassage scolaire.

L'intérêt pluri communal se situe lui plus comme intérêt purement communal que les intérêts intercommunaux.
Il ne concerne que certaines communes membres du groupement et non la totalité d'entre elles.

Ainsi chacun peut comprendre que l'intérêt communautaire est distinct de l'intérêt intercommunal.

- L'intérêt intercommunal est représentatif de ce que l'on appelle l'intercommunalité de gestion.
- L'intérêt communautaire s’inscrit lui dans une intercommunalité de projets communs de développement.

L'intérêt communautaire n'est, dans ces conditions, ni la somme des intérêts communaux, ni le plus petit dénominateur commun entre les communes.

Cette classification pas toujours évidente à mettre en oeuvre est en permanence brouillée par l'esprit de clocher et le vote de la loi du 13 août 2004 donnant aux EPCI (établissement publique de coopération intercommunale) la faculté d'attribuer des fonds de concours complique la compréhension de l'intérêt communautaire.

Au-delà de ces réflexions qui méritent d'être intégrées à notre démarche communautaire, il faut comprendre que le législateur ait souhaité clarifier les délégations de compétences données par les communes aux communautés de communes.

Il est évident qu'après la constitution de la communauté de communes des cantons de Grimaud et de Saint-Tropez, les 12 communes qui la composent à ce jour pourront toujours se voir déléguer telle ou telle autre compétence dont il conviendra à ce moment là de préciser le périmètre avec beaucoup d'attention.

Afin de rassurer ceux qui pourraient croire que la définition de l'intérêt communautaire est déjà l'apprentissage d'un glissement progressif des rôles qui préparerait une autre administration territoriale, Il faut rappeler le rôle irremplaçable des conseils municipaux et des maires dans le traitement des politiques de proximité et de mise en oeuvre du projet communautaire lui-même. C'est ce que l'on appelle le principe de subsidiarité qui démontre que l'on ne fait jamais aussi bien les choses que lorsque elles se font auprès du citoyen lui-même.

A ce principe de subsidiarité doit s'opposer aujourd'hui le principe de spécialité seul capable de mettre un territoire en synergie pour son développement politique dans un bassin de vie.

C’est l'objectif que doit se fixer la nouvelle intercommunalité des cantons de Grimaud et de Saint-Tropez pour que l'habitant du "Golfe" puisse se développer économiquement, culturellement et socialement à l'intérieur de ce territoire. Entre parenthèses, le terrain du Yotel aurait dû à mon avis être vendu dans cet esprit… Voir les idées de JANUS pour le Yotel, dans le forum : l'immobilier en folie.

Il est évident que la phrase que j'ai citée plus haut exprime la réalité de demain et la réalité que JANUS souhaiterait apporter au Cogolin de demain…
- Mettons en commun ce que l'on a de meilleur… Penser globalement, avoir un plan de développement économique et social cohérent à l'échelle du Golfe, etc.
- Et enrichissons-nous de nos différences mutuelles… Agir localement pour user et abuser de notre différence sur le socle commun de l'intercommunalité. Faites confiance à JANUS et nous aurons dans le Golfe 12 perles communales, avec chacune un reflet, une couleur, un éclat, différent, mais dont les 12 réunies formeront un ravissant collier ayant une grande valeur!!!

Il faut cesser de penser la politique locale en terme de droite/gauche; en terme de privé/public; de socialisme/capitalisme. La politique locale doit être au service de la population qui y vit à l'année et cette population est faite de toutes les composantes que je viens de citer. On ne peut donc les mettre en opposition! L'intelligence politique communale à laquelle vous invite JANUS est de mettre toutes ces composantes en coopération, en cohésion, en cohérence, en coordination, car toutes aident à la vie, au développement de l'autre composante, abusivement nommée opposée. Il n'y a pas de développement social possible sans développement économique tout comme il ne peut y avoir de développement économique sans développement social! Regardez où nous a conduit le communisme et où nous a conduit le capitalisme au niveau mondial pour en être convaincus et cons vaincus!

Soyez des habitants qui ne se laissent pas leurrer par le miroir aux alouettes que vous présente le maire et qui savent voir derrière ce miroir.
Gérer une commune n'est pas qu'embellir les entrées de la ville, d'améliorer la voirie etc. Gérer une commune (ça le sera de plus en plus), c'est penser à demain, c'est avoir des ambitions pour sa ville et sa population, c'est acquérir un patrimoine pour faire face aux aléas et/ou au développement du futur, c'est prendre conscience de l'influence du potentiel culturel sur le développement de la ville et du Golfe!

JANUS vous fera part, bien entendu, de ses idées et projets pour répondre à tout cela.
Question financement, rassurez-vous, tout est faisable sans endetter outre mesure la commune. Une gestion communale se fait dans le choix des priorités, dans le partenariat, dans le temps. JANUS pense aux générations futures et non pas à son nombril politicien, mais non, je ne vise personne en disant ça, dit-il avec mauvaise foi!

JANUS

N.B. : Si vous adhérez à ces principes politiques pour la gestion de Cogolin, faites connaître COGOLIN FORUM à votre entourage cogolinois mais aussi du Golfe. Plus nous serons et plus nous aurons une force susceptible de faire la différence lors de la future échéance. Mieux-vivre à Cogolin demain est possible si nous nous donnons tous la main…

"Mettons en commun ce que nous avons de meilleur et enrichissons-nous de nos différences mutuelles. "

C’est une maxime qui s’applique aussi bien au niveau intercommunal, qu’au niveau d’une commune qu’au niveau des habitants lambda…

 

page précédente page précédente

Informations


16/08/2017





vous cherchez un sujet ou thème
tapez les mots clés ou une phrase
pour votre recherche...


rejoignez-nous sur facebook Rejoignez nous sur facebook
Partager




© Cogolin Forum, tous droits réservés - Reproduction interdite. Un bug sur le site, merci de nous le signaler ici