Cogolin Forum

 

REGARDONS EN ARRIERE


Il est vrai qu’on ne refait pas l’histoire mais pour mieux savoir construire notre avenir, il me semble qu’il faille au préalable comprendre les erreurs d’hier.

Début des années 60.
Cogolin, une petite bourgade recluse sur une collinette au fond d’un golfe qu’une double initiale rend mondialement célèbre. Les maisons collent aux axes principaux.
A cette époque, la population était de l’ordre de 3000 habitants.
Les premiers lotissements se construisent : « GALFARD », l’immeuble « LES PALMIERS » à l’entrée de l’avenue Clémenceau.

Fin des années 60.
Alors que la folie touristique s’amplifie, les requins béton transforment le fond du golfe qui était fait de petites plages accolées à des marais en deux grands ensembles immobiliers. Le premier fut la cité lacustre de Port-Grimaud, suivie deux ans plus tard des marines de Cogolin avec son immense plan d’eau.
Le lotissement « LE COLOMBIER » sort de terre avec « SAINT JACQUES ».

Vue aérienne du terrain nu en 1963 (agence ABC IMMOBILIER):
http://www.atelier-crabe.com/H.html

Les années 70.
Elles furent l’éclosion, comme des champignons, de villas çà et là dans toutes les collines autour du golfe. Les belles et sauvages collines noires des Maures commencent à être "vérolées" de coupes immobilières. La nature commence son repli face au béton et à l'asphalte
Cogolin est encore préservé des dents avides des promoteurs en tous genres. Les prés et champs de vigne sont encore très proches du centre ville. Les maisons collent aux axes principaux qui sont tous à double sens et il y a des feux rouges au carrefour central dit « les quatre chemins ».
La circulation automobile est dense en été mais encore faible hors saison.
Quelques lotissements poussent comme « LES HAMEAUX DE COGOLIN », « L’AUDIGUIER », ‘LA PERONEDE », « LES VIGNES » (route des mines), « LE SAINT CLAUDE « , « LES PAS DE GRIMAUD » (rue Carnot).
Les années 80. Le sens de circulation tel qu’on le connaît est instauré à Cogolin.
Les touristes ne diminuent pas mais leur désir change. Le souhait de résidence secondaire augmente de même que celui d’habitat principal pour des classes plus modestes.
La folie béton commence à s’enclencher. Les granges et garages dans la ville font place peut à peu aux magasins. Les lotissements « COLETTO », « LA COQUIERE », « CAILLAT », « PLEIN SOLEIL » se construisent de même que tout plein de petits lotissements de villas jumelées et de villas çà et là.

Les années 90 et 2000.
La bétonnite aiguë continue son expansion tel un cancer des villes. Le village devient une petite ville de 12.000 âmes. La superficie du bourg s'élargit tous azimuts. La nature recule de plus en plus. Plutôt que de réserver les espaces proches du centre ville pour des équipements publiques (administratifs, parkings, sportifs, etc), chaque coin de verdure fait place à villas, lotissement, zones artisanales, grandes surfaces.
On ouvre des voies à travers quartiers et lotissements pour tenter de désenclaver telle zone ou désengorger tel axe principal. Comme toujours, on fait face après à une problématique qui aurait due être penser avant…

- Peut-on encore continuer ainsi en dépit du bon sens et en faisant fi de la nature ?...
- N’est-il pas arrivé le temps où il faut penser autrement le développement de la commune ?...

Ce schéma d’explosion démographique est une conséquence d’une population rapportée (excessivement vite et non pas à la simple croissance démographique transgénérationnelle.
Le corollaire de cette augmentation de population a été la flambée immobilière. Bien entendu, ce schéma c’est reproduit dans toutes les communes du Golfe.
Malheureusement, la plupart des projets sont sortis au coup par coup, sans être inclus dans un plan de développement au long terme, concis et anticipant l’expansion prévisible du village, de sa population et de sa demande, de ses attentes.
Ce survol rapide du développement urbain de Cogolin durant les 50 dernières années va me permettre de dégager les différents thèmes de développement durable que je propose à votre analyse, à vos critiques et à vos éventuelles propositions pour ensemble penser le Cogolin de demain.

Il va de soi que j'ai des idées pour rendre Cogolin plus vivant que dortoir, plus attractif que repoussoir, plus ambitieux que léthargique, mais j’aimerais associer, confronter faire émerger tous les projets des uns et des autres qui aiment suffisamment Cogolin pour vouloir améliorer le mieux vivre. Je suis persuadé que le « gagner plus » d’antan devra faire place dans les décennies à venir au « vivre mieux ».
Je serais donc honoré que ce « COGOLIN FORUM » soit un préambule à l’agenda 21 de Cogolin.

Si toutes les bonnes âmes souhaitant un autre Cogolin, plus respectueux de la nature et plus soucieux du mieux-vivre, voulaient se donner la main en participant au débat d’idées que « COGOLIN FORUM » désire être, je pense que COGOLIN leur dirait haut et fort :
MERCI DE PENSER ENFIN A MOI !

 

 

page précédente page précédente

Informations


16/08/2017





vous cherchez un sujet ou thème
tapez les mots clés ou une phrase
pour votre recherche...


rejoignez-nous sur facebook Rejoignez nous sur facebook
Partager




© Cogolin Forum, tous droits réservés - Reproduction interdite. Un bug sur le site, merci de nous le signaler ici